Photographier les sports mécaniques.

photo de Porsche au 24 heures du Mans

Photographier un événement sportif n’est pas chose aisée et demande de la réactivité, des connaissances techniques et de la dextérité.

Je vais dans cet article vous donner quelques conseils basés sur ma propre expérience dans ce domaine. Passionné de sport mécanique et plus particulièrement de voitures, j’ai illustré mes propos avec quelques photos prises lors des 24 Heures du Mans.
Il va de soit que les conseils de cet article s’appliquent à tous les sports de vitesse et j’espère qu’ils vous aiderons à améliorer vos photos.

Quel matériel ?

“Ce n’est pas le matériel qui fait la photo, mais bien le photographe”

Le photographe pro

Ce post va présenter brièvement les caractéristiques principales des boîtiers et des objectifs en expliquant certains termes et particularités.
En 2003/2004, les photographes ont migré de l’argentique vers le numérique présentant une qualité d’image supérieure.

Les boîtiers :

A part quelques images d’ambiance, inutile d’espérer ramener des photos de sport réussies, prises avec un smartphone. Photographier le sport, c’est aussi disposer d’un boîtier réactif. Reflex ou Hybride, il faut donc s’équiper d’un appareil photo pouvant réaliser une rafale à au moins 5 images par seconde si l’on n’est pas initié, voire au moins 10 images par seconde si l’on joue dans la catégorie « experts ». L’autofocus (c’est à dire la mise au point) devra être rapide et précis.
Canon, Nikon et d’autres marques proposent une vaste gamme d’appareils pour tous les photographes, professionnelles ou amateurs et pour toutes les bourses.

Les objectifs :

En la matière, vous avez le choix : 150, 200, 300 mm… jusqu’à 600 mm pour vous permettre de zoomer et d’atteindre un sujet situé entre 25 et 50 mètres voir plus en ayant une photo nette avec un rendu intéressant. Une optique lumineuse (f/2 ou f/2,8) est nécessaire en basse lumière.

Sigma 150-600

Quels réglages ?

Mise au point : mode AF-C, 1 collimateur

Qui dit course, dit vitesse et sujets en mouvement. Et qui dit sujets en mouvement dit mise au point difficile. La première difficulté à laquelle vous allez devoir faire face et d’effectuer une mise au point ou MAP sur votre sujet dans un lapse de temps très court.
Quand il s’agit de photographier une course de moto, une course automobile ou tout autre événement sportif, il n’y a pas 36 solutions pour la mise au point! Vous allez devoir régler votre appareil photo sur le mode autofocus continu ou AF-C. Ainsi, la mise au point de votre sujet se fera continuellement à partir du moment où vous appuierez à mi course sur le déclencheur mais aussi tout au long des prises de vue que vous ferez.


Une fois le mode AF-C sélectionné, je vous conseille d’utiliser un seul et unique collimateur. En effet, l’utilisation combiné de plusieurs collimateurs et du mode autofocus continu va laisser à l’appareil photo le choix du collimateur sur lequel effectué la mise au point. Or pour la photographie de sports mécaniques, il faut toujours effectuer la mise au point sur le véhicule en mouvement. Il est donc très important de sélectionner un seul collimateur.

Réglage de l’appareil photo : Mode S 

Photographier une course de motos ou de voitures demande une grande réactivité. Il faut donc utiliser les automatismes de votre boîtier au maximum pour ce concentrer sur l’essentiel. 
Je vous conseille d’utiliser le mode S de votre boîtier. En effet grâce à ce mode vous allez pouvoir configurer la vitesse d’obturation que vous désirez, l’appareil se chargera de choisir l’ouverture et la sensibilité ISO automatiquement. Ce mode va vous permettre de vous focaliser sur le cadrage et la prise de vos photos. Pour photographier un objet en mouvement, la vitesse devra être égale ou supérieure à 1/500 de seconde. 
Cependant descendre à des vitesses aux alentours des 1/250 va vous permettre d’accentuer la sensation de vitesse en obtenant un filé en arrière plan.
Si votre boîtier est équipé d’une option ISO auto avec un seuil à ne pas dépasser, je vous conseille de régler votre appareil photo sur 400 iso. 

Où photographier ?

L’emplacement sur le tracé de la course est très important. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il faut choisir un emplacement où la moto / voiture va avoir une vitesse de passage lente (virage serré, épingle, etc…) et non une ligne droite où le véhicule va être très rapide. Pourquoi ? Pour 2 raisons. La première est logique, vous aurez davantage le temps de faire la mise au point sur votre sujet à faible vitesse qu’à très haute vitesse. La deuxième raison est que votre photo aura plus d’impact, sera plus attirante qu’une photo en ligne droite. En effet, dans un virage vous arriverez à capter les expressions du pilote, la position de la voiture ou de la moto sera plus dynamique ce qui augmentera la sensation de vitesse.


Petite astuce: essayez de vous positionner à l’entrée du virage, c’est à cet instant que le pilote ralenti son bolide.

Le cadrage.

Pour finir, parlons rapidement du cadrage. Nous avons vu plus haut qu’il est préférable d’utiliser un seul collimateur pour effectuer la mise au point.
Suivre un bolide en mouvement pendant la prise de vue est très important afin de retranscrire sa vitesse.
Enfin, pour dynamiser un peu plus votre image, n’hésitez pas à rechercher des cadrages qui sortent de l’ordinaire et qui vous correspondent

Conclusion.

Vous savez maintenant tout sur comment photographier les sports mécaniques. J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles! N’hésitez pas à partager vos photos en commentaires!
Pour réaliser d’excellents clichés, il vous faudra de la patience. N’oubliez jamais que vous devez avant tout, vous faire plaisir. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *